Ethnic Art

Très belle quinquagénaire, originaire du Gabon, mariée, mère de quatre merveilleux enfants et grand-mère de quatre petits-fils qui comblent sa vie, Arlette Edelé a très vite perçu dans l’égrégore de l’art et de la culture africaine, le salut de son peuple. Après s’être brillamment illustrée dans les sphères de l’intelligentsia moderne occidentale, elle a décidé de revenir aux sources et d’ouvrir le concept store « Symbiose Design » afin de mieux mettre en valeur l’Afrique et son potentiel. Humaniste, entreprenante et solidaire de ses contemporains, nous l’avons rencontrée lors de son récent et bref séjour à Abidjan.

Quelle a été votre parcours académique et professionnel ?

Après l’obtention de mon bac littéraire, j’avais opté pour des études d’assistance sociale, mais une fois en France et sur insistance de ma famille, je me suis inscrite à un concours pour une prépa d’école de commerce. J’ai donc dû redoubler d’efforts car je n’étais pas très douée à l’époque pour les mathématiques. Cela devenait pour moi un challenge que je tenais à tout prix à relever. Mes études supérieures se sont concrétisées par l’obtention de plusieurs diplômes, notamment de celui d’Expert en Management de l’Ecole supérieure de Gestion de Paris (devenue Paris Business School), d’un DESS en Administration de l’IAF de l’Université de CAEN, et d’un diplôme en Banque et Finance du CEFEB de l’Agence française de Développement et d’un DEA en Management Stratégique de l’Université de Nancy. Inspecteur général des Finances, Cadre exécutif et Manager des Entreprises, je dispose de près d’une trentaine d’années d’expérience dans le domaine du conseil, du management, de la gestion et des finances.

Au cours de ma carrière professionnelles j’ai mis à la disposition des entreprises publiques, privées et des administrations gouvernementales une expertise de très haut niveau dans la conduite des projets et des réformes structurelles.

D’où vous vient cette passion pour l’art ?

Ma relation à l’art débute dans les années 1990. Face au tumulte politique dans divers pays africains en mutation pour la démocratie et en marge de mes responsabilités professionnelles j’ai trouvé le temps pour me sortir de cette agitation et m’appesantir sur la pierre de Mbigou, un matériau noble et unique de notre pays le Gabon, qui m’avait toujours inspirée et dont la mise en valeur ne me satisfaisait pas à l’époque. J’ai donc tenu à rencontrer Maître SKEETY, l’un des plus grands sculpteurs Gabonais. Ensemble nous avons donné aux œuvres faites à base de cette pierre une toute autre physionomie et un nouvel habillage, notamment sa combinaison avec le raphia.

Cette symbiose du minéral et du végétal ouvrait de nouvelles perspectives, dont la fécondation transfigurait le dépassement et l’imagination. Par la suite, la sachant très friable et fragile, j’ai pensé à la protéger tout en gardant son aspect naturel. C’est notamment ce qui explique mes créations sous inclusion. De fait, j’étais consciente dès lors de créer la beauté et garantir la pérennité de cette œuvre.

Parlez-nous de Symbiose Design

Pour ceux qui nous connaissent depuis nos débuts à Libreville au GABON en mai 1996 avec l’ouverture de notre premier magasin SYMBIOSE Art et décoration, nos activités se sont diversifiées et beaucoup de choses ont changées de manière qualitative. Nos premières activités reposaient essentiellement sur l’Art et la décoration, en mettant un accent particulier sur la promotion de l’art de la table, notamment sur la cristallerie, la porcelaine mais aussi l’artisanat africain et en particulier du Gabon. Symbiose a donc assuré son évolution progressive sur la promotion commerciale et la vente des produits artistiques et culturels. Pendant ce temps, nous avons subi des transformations pour nous adapter aux différents segments de marchés ; mais notre esprit, reste attaché à une exigence de qualité et demeure le même, la promotion du savoir-faire et la promotion de l’artisanat. Après quelques années de transformation, SYMBIOSE ART & DECORATION s’est muée en CONCEPT STORE à Libreville au Gabon, qui de ce point de vue est aujourd’hui considéré comme un point de vente multimarques.

Quels sont à ce jour les acquis de Symbiose Design ?

En plus des différents magasins que nous avons ouvert, nous comptons à notre actif plusieurs expositions, notamment en 2000 avec comme thématique « La pierre de Mbigou et le Raphia », en 2005 « Ici et d’ailleurs », en 2016 sous le thème « Ethnic chic ». C’est donc la synthèse, la symbiose de toutes ses étapes, et les enrichissements et suggestions de nos clients qui a permis de renforcer notre stratégie dans la promotion du commerce équitable dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité et permettre à nos artisans de vivre sainement de produit de leur labeur.

Quels sont vos projets à court, moyen et long terme ?

Aujourd’hui nous visons un positionnement à l’international avec l’ouverture d’une boutique en ligne à Paris depuis décembre 2018 dont le site www.symbiosedesign.shop vous permet déjà d’effectuer des achats. Avec ce positionnement à l’international nous voulons apporter un supplément d’âme à la transformation qualitative de l’artisanat, mais aussi à concrétiser notre volonté de mettre sur le marché des produits manufacturés de très grande qualité. C’est dans cette perspective très tendance que SYMBIOSE DESIGN a décidé de réunir des produits différents en misant sur l’exclusivité de ses créations, l’innovation et la manière de les mettre en scène, en exaltant le beau. En avril 2019, je participe à un colloque organisé en collaboration avec l’association Horizon de Tunisie, l’UTICA et la Chambre de Commerce de Tunisie pour commémorer la journée internationale de la femme. J’interviens sur la thématique des femmes et les TIC. En juin 2019, je fais une exposition à Paris sur le thème « Le commerce équitable et la mode ». En juillet 2019, un défilé de mode est prévu sur le thème « MA MIENNE » by EDELÉ qui signifie dans ma langue vernaculaire « moi-même ». Les modèles qui y seront présentés ne seront rien d’autre que l’expression de ma vision de la mode aujourd’hui.

En tant que femme d’affaires accomplie, quelles sont les autres activités qui requièrent votre attention ?

Je suis Vice-Présidente de PLAMFE chargée du développement et de la prospective. La PLAMFE a principalement pour objet et pour ambition d’œuvrer en Côte d’Ivoire et partout dans le monde, à la promotion des droits de la femme, de la famille, du genre, l’autonomisation et la valorisation des femmes ; mais aussi leur inculquer la culture entrepreneuriale et la vulgarisation des TIC dans tous les secteurs d’activités en favorisant leur mise en réseau. Je suis également Présidente du PACEES, qui est une plateforme Africaine qui se bat pour le commerce équitable et l’économie sociale et solidaire. Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au sud de la planète.

Notre vernissage à Paris, comme si vous y étiez ! L’expo continue au 6 avenue Delcassé Paris 8e jusqu’au 15 juin. Venez nombreux découvrir l’art et la mode made in Gabon.Film : Kemai Production.

Publiée par Edele A sur Mercredi 12 juin 2019

Laisser un commentaire

×
×

Panier